La création

C’est une histoire très contemporaine, soulignant nos propres problèmes, par une mise en scène vivante et ouverte à tous.

Ce projet est construit autour de la vie extraordinaire de Joseph Antonio Emidy, figure fascinante du XVIIIème siècle, esclave d’origine guinéen, violoniste virtuose, qui a traversé l’Atlantique et vécu sur trois continents : l’Afrique, l’Amérique du Sud et l’Europe.

 

Capture d_écran 2018-04-04 à 14.17.56

À travers un livret écrit par Tunde Jegede qui raconte l’histoire de ce personnage, en reprenant les traces des voyages et les carnets que lui-même a laissé lors de la toute dernière période de sa vie, dans les Cornouailles (Royaume-Uni), The Emidy Project dresse un tableau de la confrontation des mondes et des cultures, de l’esclavage et du racisme, à travers la danse, la vidéo et les musiques tant « savantes » que traditionnelles. Tout au long de la création, les danseurs Lassina Touré sur scène et Ishimwa Muhimanyi dans le film interprètent le personnage de Emidy. Ce jeune artiste au parcours bouleversant, donnera à la prestation une dimension théâtrale et narrative.

À travers un subtil jeu d’ombres et de lumières, jouant avec le texte et incarnant la voix du narrateur, Ishimwa et Lassina ont fait naître des chorégraphies émouvantes et captivantes, en interaction avec les musiciens.

Capture d_écran 2017-10-19 à 12.39.21VISIONNEZ LA VIDÉO-TEASING

 

La danse, le film et la musique éclairent le monde sensoriel de Emidy, en soulignant l’aspect émotionnel de son expérience.

Le film soutenant la création a été réalisé par Sunara Begum, réalisatrice anglo-indienne. Certaines scènes de la vie de Joseph Emidy ont été réinterpretées par Ishimwa dans ce court-métrage. Ces projections apparaissent comme un fil rouge, et sont des intermèdes narratifs qui viennent dialoguer avec les performances sur scène.

La musique est quant à elle construite autour de pièces de tradition orale, de manuscrits anciens de la cour Portugaise et du Brésil, ainsi que des compositions de Tunde Jegede.

Chant, cordes, kora, vihuela, arpeggione, percussions, traverso, contrebasse… dessinent l’univers sonore de The Emidy Project.

mg_3284.jpg

«Envouté est bien l’adjectif adequat à l’état des personnes qui ont suivi hier soir Joseph Antonio Emidy, cet esclave guinéen devenu violoniste et compositeur renommé du début du XIXè siècle. Une musique traditionnelle, retraçant l’histoire et les péripéties de l’odyssée d’Émidy, soutenue par la chorégraphie du danseur ivoirien Lassina Touré, impressionnant de vivacité et de réalisme. Du grand spectacle. » Journal de Saône et Loire

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Capture d_écran 2018-04-04 à 14.13.14

Publicités